Bâtiment administrative de la direction générale des impôts(DGI) à Kinshasa. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Depuis le 30 avril 2020, alors que toutes les directions de la DGI se débattaient pour recouvrer l’impôt sur le bénéfice et profit qui revêt un caractère important dans les recettes de l État,le Ministre des finances avec le DG ai de la Direction Générale des Impôts se sont arrangés le même jour pour signer l’un une commission collective d’affectation des quelques Directeurs de la DGI ainsi que la lettre de transmission de la dite commission et  l’autre les notifications d’affection adressées aux concernés.

Que se cache-t-il-il derrière cette mise en place inappropriée et inopportune ?
Il convient d’abord de noter que celle-ci intervient juste après l’annulation de l’arrêté de mise en place des secrétaires généraux,pendant la période de confinement et la loi instituant l’État d’urgence et la restriction de la mobilité des personnes d’une province à l’autre. Le DG ai des impôts, faisant fi de toutes ces mesures,enjoint aux directeurs concernés de procéder à la remise-reprise avant le 11 Mai 2020.(Par quelle magie vont-ils se déplacer d’une province à l’autre).
Pouquoi sans respecter la procédure, un Chef de Division doit quitter le Katanga pour occuper la Direction de grandes entreprises à Kinshasa alors qu’il n y a ni vacance ni urgence? Pire encore un directeur nommé par ordonnance présidentielle doit-il être sacrifié pour ce faire? D’où monsieur le DG ai tire-t-il cette arrogance au point de défier et d’ignorer les mesures prises par le Président de la République?.
Quant au Ministre des Finances, pourquoi opérer une mise en place uniquement à la DGI et ne pas toucher à la DGDA ou à la DGRAD.?
La DGI regorge en son sein des directeurs nommés par Ordonnance Présidentielle mais sans affectation auxquels on colle le titre de directeurs rattachés (vocable inexistant dans le langage administratif et qui n’existe qu’à la DGI)et entre temps on affecte des Chefs de Divisions à la tête des directions. Il est triste de constater que certaines personnes persistent dans les désordres, l’abus de pouvoir, le tribalisme et le clientélisme dans le seul but de se remplir les poches  au détriment du Trésor public et ils pensent que tout leur et permis.Il est important que les autorités du pays prennent les mêmes mesures que celles prises pour les affectations des secrétaires généraux. Ce qui sera justice et surtout mettra hors d’état de nuire, les ennemis de l’avènement de l État de droit.Il y a urgence.
La rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici