L’assemblée nationale s’engage t-elle dans un bras de fer avec la magistrature du pays? A en croire la déclaration faite ce samedi 23 mai par les députés nationaux chefs de différents groupes parlementaires, on est bien tenté de l’affirmer. En effet, après une réunion d’urgence tenue au palais du peuple avec objet la situation relative à l’arrestation du député Jean-Jacques Mamba, les présidents des groupes parlementaires et le comité de sage de la chambre basse du parlement congolais ont apporté tout leur soutien à l’élu de Kinshasa et exigent sa relaxation et l’abandon des charges contre cet élu de Kinshasa.

Ils qualifient d’arrestation arbitraire, l’interpellation de Jean-Jacques Mamba.  » C’est une arrestation brutale et déshonorante en violation de l’article 107 de la constitution », note la déclaration des élus du peuple. Ils soulignent que c’est une arrestation illégale qui par ailleurs jette de discrédit à notre magistrature et exigent des excuses de la part des responsables de cette instance.

Les présidents des groupes parlementaires toutes tendances confondues, estiment que, contrairement à la flagrance évoquée pour justifier l’arrestation de Jean-Jacques Mamba, il n’y en a aucune. JJ Mamba est accusé de faux et usage de faux, dans la procédure qu’il a initiée visant faire partir Jean-Marc Kabund, 1er Vice-président du bureau de la chambre basse.

Assigné en résidence surveillée, Jean-Jacques Mamba va comparaître à nouveau le mercredi prochain au parquet général près la cours de cassation. L’affaire a focalisée l’attention de la classe politique ce samedi 23 mai et alimentera encore davantage les salons politiques dans les jours qui viennent.

JAM

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici