Exclusif

C’est en 2002 qu’elle a vu son étoile commencer à briller. Dans ce monde aussi beau, complexe mais très glissant surtout pour les femmes, journalisme, elle a sû imposer son nom.  Une expérience commencée à la Rtga, une chaîne de télévision privée en RD Congo. Son talent, rapidement repéré, elle rejoindra quelques temps après Raga Tv avant d’être admise à Antenne A puis B One qui marque l’apogée de sa carrière.  A 35 ans d’âge, elle devrait opérer un choix, non pas le moindre entre sa carrière et le mariage, qui cependant ne peut se réaliser qu’à des milliers de kilomètres de son pays.  La magique dame, Wawina Lifoka Judith, mieux connue sous Magic Wawina qui a retrouvé son âme sœur au pays de Donald Trump, a accepté, très volontier,  répondre aux questions de 24 News vision Agency.   

24NewsVisionAgency : Parlez-nous un peu de votre famille, votre enfance 

Magic Wawina : Mon nom c’est Wawina Lifoka Judith. Magic c’est un surnom qui m’a été attribué par un ami , j’avais 19 ans. Cet ami considérait que je suis Magique et je l’ai adopté quand j’ai commencé ma carrière me disant que c’était un nom qui peu bien me vendre. il n’y avait pas un nom Magic dans la presse. Tous mes amis m’appellent comme ça, sauf mes enfants, mon mari et ma mère non plus.

Je suis la 5e d’une famille de  12 enfants. Fille de Paul Wawina décédé et  charlotte encore en vie. J’ai fait mon école maternel à les Bambins dans la commune de Bandalungwa, le primaire à Bosangani Sacré-Cœur, secondaire au Lycée Bolingani à kitambo, puis à Dibwe une école privée à Kingasani. J’ai arrêté les études avant de reprendre comme autodidacte au collège Bosembo Notre Dame de Lingwala, où j’obtiendrai mon diplôme d’état en 2001.

24NewsVisionAgency : Vous avez opté pour le journalisme le métier qui vous a propulsé. Racontez-nous vos premiers pas dans cette aventure.

Magic Wawina : Je dois d’abord avouer que j’ai passé une enfance un peu difficile. Après l’obtention de mon diplôme d’état, je suis allée à l’Ifasic. A 18 ans, j’ai été engrossée, conséquence je peux le dire, de divorce entre mes parents.  Dès ma première année à l’Ifasic j’ai été sollicitée pour un boulot à la Rtg@. Encadrée par Monsieur Suke, que je salue en passant,  j’ai bénéficié de sa formation, j’étais parmi les 1ere personnes à intégrer cette chaîne. Un temps après, avec le concours de Dieudonné Yanguma qui m’a conseillé d’aller dans une chaine plus renommée, je rejoints Raga Tv et y est prestée pendant 3 ans où  le grand public m’a découvert.

Il y a eu des petits couacs, dont je ne me souviens plus, j’ai quitté Raga Tv pour Antenne A. J’ai été bien accueillie  par Jing Nawej, qui m’a confié  l’animation matinale puis A Pluriel pendant 1 an, mais aussi d’autres émissions dont une émission des femmes où je parlais des femmes et leurs activités. c’est par là que j’ai commencé à parler un peu politique. Devenu directeur des info, John Ngombua m’a choisie pour intégrer la rédaction. Je dois reconnaitre que c’était une grande opportunité je devrais bosser avec des grosses pointures, comme Alain Kiuka, Marie Ange Mushobekwa, Solange Kwale. Donc John Ngombua a mis sa pierre dans l’édifice.

En 2012 j’ai créé ma propre structure intitulée Magic sprl. Je publiais un quotidien ‘’ le Guide’’ aussi un magazine dédié à la femme. Puis j’ai quitté Antenne A.

24NewsVisionAgency : des mauvais souvenirs ?

Magic Wawina : Je n’aime pas parler de mauvais souvenirs. Tout ce qui m’arrive dans la vie je considère que c’est une étape qui me permet de franchir un cap. Je me suis alors occupé de ma structure puis on m’a sollicité à la  Rtvs pour animé Magic Love une émission très suivie et Clair et obscur mais qui n’était pas top suivie. J’ai du arrêter pour me pencher beaucoup plus sur mon entreprise.  Quelques temps après, Je serai finalement approché par l’ambassadeur Mutamba, le patron de B One qui me propose d’intégrer B One. Je pensai normalement faire partie de la rédaction pour les informations, hélas non. L’ambassadeur Mutamba me dira ‘’ tu es trop vedette pour présenter le JT, il faut concevoir une émission à toi’’ me dira t-il. C’est alors que j’ai conçu Le Point, cette émission qui m’a propulsée, vendue et m’a donné une belle image de moi.

24NewsVisionAgency : Dans ce parcours tel que décrit, qui sont tes modèles ?

Je suis le modèle de moi-même, mais je dirai que il y a des figures qui m’ont inspirées. Je peux citer Chantal Kanyimbo comme présentatrice  du journal télévisée, Jing Nawej à l’animation.  Certains m’ont aussi aidé à atteindre mes objectifs . Je peux citer John Ngombua,  Jing Nawej, Dieudonné Yangumba, Ambassadeur Mutamba, Françoise Vita, à qui J’exprime ma gratitude.

24NewsVisionAgency : Avec une carrière on dirait flamboyante en RDC, Vous décidez de tout quitter pour les Etats-Unis. Quelle en est l’explication ?

Magic Wawina : En RDC ma carrière marchait bien. J’avais du succès tout allait positif, je gagnais assez bien ma vie en RDC. Mais au-delà de tout ça, une femme peut réussir sa carrière mais aussi longtemps qu’on n’est pas mariée c’est un peu compliqué surtout dans notre culture africaine.  On peut bien réussir sa carrière, on peut bien réussir sa vie mais sans le mariage, c’est comme si tout tombe dans l’eau. Je pensai fonder une famille, il faudrait, il faudrait….. bon c’est vrai que la décision ne m’appartenait pas mais en bonne chrétienne je remettais tout entre les mains de Dieu.

C’était devenu une préoccupation pour moi. Ceux qui me fréquentaient à l’époque s’en rendaient bien compte. Je me disais je me suis battue pour ma carrière j’ai réussie jusqu’à un certain niveau tout allait bien pour moi. Il faudrait fonder ma famille et avoir d’autres enfants. J’étais en train de murir cela et prier en même temps et l’occasion s’est présentée. Oui j’ai trouvé quelqu’un ou quelqu’un m’a trouvé ça dépend…. c’est vice versa  et comme il était aux Etats-Unis,  j’ai commencé à hésiter me disant je vais laisser ma carrière et aller reprendre la vie à zéro aux USA ?

Du coup avec des troubles qu’il y a eu au pays en 2015, les choses ne marchaient plus la vie devenait un peu sombre en RDC. Moi J’étais dans la politique et je me suis dit pourquoi ne pas rejoindre celui qui était à cette époque mon proposant qui est mon mari aujourd’hui. Je me suis décidé de me lancer avec les conseils des uns et autres. Je me suis décidé je vais faire ce qui est essentiel et ma carrière va attendre un peu.  Je vais mettre une petite pause et reprendre après comme dans le journalisme il n’y a pas de retraite. C’était une décision assez difficile pour moi, mais je l’ai prise de manière spontanée. Jje suis comme ça, je suis magique je fais des choses de manière spontanée voilà c’est comme ça que je suis partie de la RDC pour les USA.

24NewsVisionAgency ; Qu’est ce qu’un pays comme les USA peut bien offrir à une journaliste comme vous ?

Magic Wawina : Les Etats-Unis est un pays d’opportunité, terre d’accueil. Je connais beaucoup des congolais qui évoluent dans le milieu de la presse, à la banque mondiale,à  CNN, la voix de l’Amérique. C’est vrai que tu vas tout recommencer à zéro mais une fois partie, tout ira vite. Pour moi, la priorité était de fonder ma famille. En partant de Kinshasa j’avais 35-36 ans c’était déjà beaucoup pour moi. Ma mère n’arrêtait pas de me répéter il fallait prendre ce risque-là. Et sur place on se rend aussi compte qu’il y a moyen entant que journaliste de faire quelque chose ici.  Mais moi la priorité était faire des enfants et que ces enfants puissent grandir un peu car c’est un peu compliqué avec des enfants. C’est vrai que tout le monde qui accouche ici tu peux reprendre le travail après un mois, mais moi je veux prendre un peu plus de temps pour les enfants car pour moi ils sont sacrés.

C’est maintenant que je vais me lancer il y a plein d’opportunités qui se présentent devant moi. Mais je vais , en chrétienne demander l’aide de l’éternel. Beaucoup des congolais se retrouvent dans la presse ici et le plus connu le plus célèbre c’est Roger Mutu qui évolue bien dans le milieu journalistique. Beaucoup des congolais travaillent ici. Les Etats-unis c’est vraiment pas comme l’Europe, les Etats-Unis, c’est vraiment une terre d’opportunité

Avec le confinement on ne sait pas quand est ce que ça va terminer. Mais déjà j’évolue dans le net, j’ai ma chaine Youtub Magic Wawina Tv, je passe dans plusieurs pages Facebook où je commente l’actualité politique.

24NewsVisionAgency : Un mot sur votre famille ?

Magic Wawina : Parler de ma petite famille ici, je suis épouse. Marié à Amin Malou. C’est comme ça qu’il s’appelle,….. mon mari. J’ai deux enfants avec lui, deux petits garçons. Nous avons recomposé la famille avec mon enfant que j’ai eu avant et ceux que lui a eu avant et nous avons au total 6 enfants.  Ça marche bien pour nous, tout va bien, je suis heureuse d’avoir fondé une famille et puis de poursuivre ma carrière professionnelle, Dieu merci.

24NewsVisionAgency : Que dire à tous ces jeunes qui te prennent comme modèle ?

Magic Wawina : Tous les jeunes gens qui me prennent pour modèle je dis merci.  Je leur dirai seulement qu’il y a des procédures, la chance n’existe pas mais une fois que vous avez des opportunités il faut les  saisir. Moi j’ai beaucoup bougé, il ne faut pas rester dans une même position pendant 5, 10, 15 ans. Ecouter les conseils, observer ceux qui réussissent, apprendre le métier du journalisme c’est bien. Mais moi je ne suis pas allée loin dans l’apprentissage du journalisme, j’ai fait juste le graduat mais j’ai quand-même pu gravir tous les échelons dans le journalisme. J’ai fait l’audiovisuel, la presse écrite, l’animation matinale, le desk info etc…Pour tous ceux qui me prennent pour modèle, je leur dis la carrière journalistique c’est bien, mais fonder aussi une famille c’est mieux. Nos ainés qui sont passées avant nous ont réussi dans leurs carrières professionnelles, mais  beaucoup ont oublié la famille mettant leur carrière avant.

24NewsVisionAgency : il y a-t-il quelques projets en vue ?

Magic Wawina : Mes projets d’avenir, ce que je peux vous dire c’est bientôt je vais me lancer dans le monde journalistique ici aux Etats-Unis. D’autres projets d’avenir restent encore secrets. J’ai vraiment des projets du genre, lève–toi et marche. Bientôt les gens seront mis au parfum de ce que je compte faire.  Pour terminer, je tiens à remercier sincèrement 24News Vision Agency d’avoir pensé à moi pour cette interview.

JAM

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici