Le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi ne bénéficie pas d’une bonne note de la part de l’Amnesty International qui l’accuse de ne pas faire assez pour rendre justice aux victimes des répressions qui ont caractérisé les différentes manifestations pré-électorales.

La crise pré-électorale qui a secoué le pays en janvier 2015 et décembre 2016 ont causé des pertes en vies humaines dans le camp des manifestants dont Rossy Mukendi, Rose Kapangala, pour ne citer que ceux-là, devrait faire l’objet d’une enquête pour éclairer l’opinion des circonstances exactes de ces assassinats.

Plus de 15 mois apès son investiture, aucune démarche n’est engagée dans le sens de chercher à étale la vérité sur cette affaire et rendre justice aux victimes, alors que le candidat du Cap pour le Changement , s’était engagé pendant sa campagne électorale de s’y investir une fois accédé à la magistrature suprême. le président Tshisekedi “n’a rien fait pour que des enquêtes soient menées sur la mort d’au moins 320 personnes tuées lors des manifestations survenues entre 2015 et 2018”, accuse Amnesty dans un rapport publié ce mardi 16 juin.

La Rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici