La condamnation de Vital Kamerhe à 20 ans de prison peut-elle oui ou non impacter la coalition CACH? C’est la question que plus d’un congolais se posent depuis que le verdict du procès Kamerhe est tombé. Si à l’Union pour la Nation Congolaise ( UNC) les avis divergent, pour les proches de Félix Tshisekedi , la coalition doit certes continuer à exister comme le chef de l’État l’avait annoncé aux membres de l’UNC après l’interpellation de leur leader par la justice. Cela est d’ailleurs concrétisé par la nomination il y a peu des mandataires proches de Vital Kamerhe dans les entreprises publiques, précise l’ancien conseiller juridique de Félix Tshisekedi.

«Vital est certes l’acteur politique majeur et influent de la coalition mais il est hors jeu. Son parti, comme le MLC après l’arrestation de Jean-Pierre BEMBA, doit plutôt se pencher sur le mécanisme de son remplacement. La politique étant dynamique, les accords comme partout au monde ne doivent pas s’identifier à des individus mais par contre aux principes qui doivent régir ces individus pour contribuer à la construction de l’édifice qu’est l’ État de droit tel que prôné et impulsé par le chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo» précise t’il .

Dans la foulée , Benjamin BAJIKIJAIE, avocat de son État, dénonce l’attitude « mobutienne  » de ceux qui estiment que la condamnation de Vital Kamerhe serait un danger de la « congolisation », allusion faite au tweet du professeur Florentin MOKONDA BONZA. Pour l’ancien conseiller juridique de Félix Tshisekedi, le procès Kamerhe aura revêtu une dimension de dissuasion générale. Il faudra donc mettre de côté toute dose politique, renchérit-il. L’UNC devra vite réarmer son moral et penser à l’avenir, tout en sachant que la politique est dynamique, conclut-il .

Faustin Kalenga

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici