Coup de colère exprimé par Néhémie Mwilanya Wilondja au cours d’un point de presse tenu dans l’après midi de mercredi 24 juin. Trop c’est trop, tonne le coordonnateur du FCC en réaction aux actes posés par les supposés combattants de l’Udps qui ont manifesté pour réclamer le retrait des propositions de loi-organique co-initiées par les députés Minaku et Sakata sur les réformes judiciaires. 

Une manifestation qui a débordé car, plusieurs cadres du Front Commun pour le Congo ont vu leur domicile et biens vandalisées. Le comportement des supposés militants du parti au pouvoir est qualifié d’une situation qui a agacé, inquiété et choqué les bonnes consciences. 

Néhémie Mwilanya condamne et dénonce de la manière la plus ferme et énergique tous les actes prémédité des violences physiques dont font l’objet les cadres du FCC. Le professeur Mwilanya, note que les responsables de cette situation ne sont pas inconnus et que le FCC va y réserver des réponses proportionnelles à la gravité des faits. 

«Les responsables de ces actes ne sont pas à chercher. Ces actes touchent l’institution parlement depuis déjà quelques jours et ont  empêché les élus du peuple de siéger et deviennent récurrents. Ces militants empêchent les députés et sénateurs de faire leur travail pour lequel ils ont été élus par le peuple souverain au premier degré et au second degré, trop c’est trop. Le FCC réservera des réponses proportionnelles à la gravité des faits au plan tant judiciaire, parlementaire que politique.»

Pour le professeur, honorable Néhémie Mwilanya Wilondja, la famille politique de Joseph Kabila, ne peut accepter que le pays fasse un retour en arrière en matière démocratique pour laisser cour à la pensée unique qui a montré ses limite dans le passé. Le Front Commun pour le Congo, a donc consenti assez des sacrifices pour une alternance pacifique du pouvoir, et cet acquis doit être défendu.

«le FCC qui a consenti tous les sacrifices et imaginable même inimaginable à travers des concessions politique et de privation personnelle de son leader qui a été reconnu aujourd’hui comme le père de l’alternance du pouvoir pacifique» a souligné le cordonateur du FCC.

 

La Rédation

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici