previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Slider

Les organisations de la Société Civile œuvrant dans le secteur de la gouvernance des ressources naturelles ont lancé, ce mercredi 14 mars, au siège du Centre National d’Appui au Développement et à la Participation Populaire, « CENADEP »  une campagne de sensibiliser sur le projet Transaqua.

Ces organisations disent non au projet « Transaqua » dont le but est de transférer les eaux de la rivière Oubangui vers le lac Tchad qui souffre de sèchement.

Dans un communiqué lu à l’attention de la presse par Blandine Bonianga, Directrice Exécutive de la Synergie des Femmes Solidaires, « FESO », ces organisations affirment que : «  le projet Transaqua viole la constitution de la RDC, en son article 56 et la loi n°15/026 du 31 décembre 2015 relative à l’eau ».  

« Ce projet aura un impact négatif sur le plan de l’économie et sur l’environnement. Les communautés qui vivent sur le long de la rivière Oubangui ne vivent que de la pêche et de l’agriculture, si on dévie cette eau, il y aura perturbation des échos-systèmes, pensez-vous que ces gens vont survivre ? », s’est interrogé Emmanuel Musuyu, Secrétaire Technique de la Coallition des Organisations de la Société Civile pour le Suivi des Réformes et de l’Action Publique, « CORAP ».

Lors de la conférence internationale sur le lac Tchad qui s’est tenue à Abudja du 26 au 28 février 2018, les chefs d’Etats africains et étrangers se sont engagés à mettre en œuvre ce projet Transaqua, ce qui pousse ces organisations de la société civile à monter sur le créneau pour dénoncer ce projet.

Prince Mayiro

By 24news