La plateforme électorale Ensemble a tenu un point de presse ce lundi 04 juin 2018 à son siège à Kinshasa. Autour du Vice-président Pierre Lumbi et du secrétaire-général Delly Sesanga et quelques membres bureau politique de cette plateforme, ce face à face avec la presse a tourné autour du contexte politique dans un contexte où le cap pour tous est les scrutins du 23 décembre prochain.

Disposée et prête, la plateforme chère à l’ex-Gouverneur du Katanga s’oppose ainsi à l’utilisation de la machine à voter pourtant condition sine qua non selon le Président de la Ceni pour avoir des élections au 23 décembre 2018. Cette famille politique s’oppose aussi à une éventuelle candidature pour un 3ème mandat du Président Joseph Kabila. Par ailleurs Ensemble émet quelques inquiétudes sur l’applicabilité de l’accord de la Saint-sylvestre, notamment la question de la décrispation.

‘’ Concernant la décrispation politique A ce jour, malgré les recommandations de l’Accord de la Saint Sylvestre, aucune mesure de décrispation politique sérieuse n’a été véritablement d’application. En effet, à moins de deux mois de l’ouverture des Bureaux de réception et
traitement des candidatures pour l’inscription des candidatures présidentielles et
des députés nationaux, aucun opposant politique emblématique n’a été libéré.’’ a déclaré le Vice-président d’Ensemble.

Ensemble qui a lancé une pétition pour recueillir des signatures auprès de la population en vue de soutenir le retour en homme libre de leur candidat à la présidence Moise Katumbi poursuivi dans une affaire de spoliation d’un immeuble, compte activer cette mobilisation lors de son meeting prévu le 09 juin prochain au terrain Sainte-thérèse à N’djili.

Pour cette plateforme, dont le Vice-président a salué l’initiative entreprise par les deux leaders à savoir Moïse Katumbi et Félix Tshisekedi en vue d’un consensus pour une candidature commune de l’opposition, le pouvoir en place ne fait que entreprendre des actes pour empêcher le Président d’Ensemble de revenir librement et participer à la présidentielle.

‘’ Comble de ces harcèlements, l’acharnement s’accroît sur Moïse KATUMBI. Procès
après procès, le pouvoir ne cesse d’inventer grossièrement des affaires à sa charge
afin d’obtenir sa condamnation et ainsi son élimination de la course à la
présidentielle.’’ soutient Pierre Lumbi.

Le Médiacdrate

By 24news