Les cas de violation des droits de l’homme sont en hausse en République Démocratique du Congo, note le rapport du bureau conjoint des nations-unies aux droits de l’homme. L’on note au cours du mois de mars 2020, 681 violations des droits de l’homme sur tout le territoire de la RDC, soit une augmentation de 6% par rapport au mois de février (642 violations). Ce qui reflète une augmentation (+ 8%) des atteintes attribuées aux groupes armés et une légère hausse du nombre de violations des droits de l’homme attribuables aux agents de l’Etat (+4%), en particulier des agents de la Police nationale congolaise (PNC), ainsi que du nombre d’atteintes attribuables aux groupes armés, en particulier des assaillants armés actifs principalement dans le territoire de Djugu en Ituri.

Sur l’ensemble du territoire de la RDC, les agents de l’Etat sont responsables de 289 violations, soit 42% des violations documentées en mars 2020. Ce nombre représente une augmentation de près de 4% par rapport aux 279 violations enregistrées au mois de février 2020. Les agents de la PNC et les militaires des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) réunis ont commis près de 37% du total des violations documentées. Les agents de l’Etat sont notamment les auteurs des exécutions extrajudiciaires d’au moins 28 personnes, dont trois femmes et un enfant.

Rédaction

By 24news