Beaucoup attribuent certains ratés de la gestion du pays à la coalition FCC-CACH qui, soutiennent bon nombre d’observateurs,  obéit aux agendas cachés des uns et autres. Cependant l’engagement presque parfait qu’on peut qualifier de franche collaboration au ministère de l’Enseignement Primaire secondaire et technique est un exemple à suivre.

Avec un Ministre d’Etat à savoir Willy Bakonga, issu du Front Commun pour le Congo et son Vice-ministre, Didier Budimbu, président de l’AVC proche de Félix Tshisekedi , ces deux personnalités du pays donnent de leçon à ceux qui veulent réellement comprendre ce que c’est une coalition qui vise le progrès du pays.

Ceux qui suivent l’action de ces deux fils du pays à la tête de ce ministère, peuvent facilement se rendre compte que la cohérence et bonne entente caractérisent leur gestion. Dans des réunions ou sortie médiatiques de ces deux membres du gouvernement, Il suffit de suivre les discours de l’un et l’autre pour se rendre compte de la confiance qu’ils se font mutuellement.

Enseignant de formation et de carrière et haut cadre du Parti pour la Reconstruction et la Démocratie, avec une expérience avérée dans la gestion, Willy Bakongo manifeste de la considération vis-à-vis de son collaborateur. Une qualité qui n’affecte en rien sa grandeur d’homme d’Etat.

Didier Bundimbu, qui est par ailleurs placé pour la première fois devant une telle responsabilité, témoigne lui-aussi le même respect à son chef. Ainsi, bien que dans un contexte difficile, les deux sont les éléments clés sur lesquels repose la confiance du Chef de l’Etat pour réussir ce vaste projet, l’une des grandes promesses du Président de la République Félix Tshisekedi, à savoir ‘’ LA GRATUITE DE L’ENSEIGNEMENT DE BASE’’

La question est celle de savoir : qu’est ce que ces deux fils du pays perdent en travaillant dans une étroite collaboration et se faisant mutuellement confiance dans le respect mutuel ? Rien, bien au contraire,ils gagnent ensemble pour un pays qui se veut grand mais dont ses mêmes fils et filles le trahissent.

Si seulement si, devons-nous le dire, la coalition FCC-CACH dans son ensemble devrait emboîter le pas pour s’investir dans la concrétisation des objectifs fixés pour le développement du pays, la République Démocratique du Congo, au bout de 5 ans de cette mandature de la première alternance, en sortirait grandie et victorieuse.

 

JAM

By 24news