Il y a près de 16 mois, exactement le 28 janvier 2019, la député nationale Néné Nkulu au nom de ses collègues parlementaires du regroupement AFDC-A lisait une « déclaration de soutien au président et autorité morale », Modeste Bahati à qui une « loyauté inconditionnelle » était aussi garantie par les députés y compris la reconnaissance des « pleins pouvoirs d’engager le regroupement AFDC-A vis-à-vis des tiers ».

Depuis lors, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts. Opiniâtre comme à son habitude, le sénateur Modeste Bahati a suivi la voie escarpée de la justice pour revendiquer les sièges revenant à l’AFDC-A à l’Assemblée Nationale et les postes lui dévolus au Gouvernement. Tel des nuages qui annoncent la tempête des « notifications d’une requête en déchéance du mandat parlementaire » émise au greffe de la Cour Constitutionnelle ont commencé à circulé sur la toile en même temps qu’elles étaient adressées aux députés nationaux de l’AFDC-A qui ont fait le choix de suivre Néné Nkulu.

Parmi les plus virulents à l’encontre de Bahati, le ministre (et député national) Steve Mbikay a reçu la sienne le 21 Mai. Le même jour, Mbikay Mabuluki s’est fendu d’un tweet rageur dont le destinataire pouvait être deviné aisément, « en politique, il faut se mesurer avant de s’engager dans un combat, apprécié le moment de rebondir. Quand, par témérité et opportunisme on choisit d’affronter plus fort que soit, il faut s’attendre à un anéantissement. Jérémiades et auto victimisation n’y changent rien »

Il est clair qu’on va aller au clash dans pas longtemps et l’un des deux camps doit triompher définitivement ou s’effacer à jamais.

DINA

By 24news