La Direction générale de migration (DGM) sollicite, pour l’exercice 2021, l’uniformisation de ses visas avec ceux octroyés par les ambassades et les postes consulaires. La RDC compte une soixantaine de représentations diplomatiques. Pour ce faire, la DGM a inscrit au canevas du Séminaire d’orientation budgétaire (SOB) 2021 qui se tient au Pullman Grand Hôtel, le déploiement, l’année prochaine, de ses agents dans les représentations diplomatiques de la RDC. La délivrance des visas de transit, de voyage, d’établissement, etc., compte parmi les actes générateurs essentiels de la DGM.

Des experts rappellent que lors du SOB 2020, étape préliminaire à l’élaboration du budget, les délégués de la DGM avaient déjà formulé ces recommandations qui étalent sur la place publique les relations en dents de scie entre la Direction générale de migration et les missions diplomatiques de la RDC, où, dit-on, les diplomates et leurs familles tiraient le diable du dénuement par la queue… à l’exception de quelques ambassades établies en Europe.

La RDC a envisagé depuis 2018 de procéder à la « rationalisation du nombre de postes diplomatiques et consulaires». En termes clairs, réduire le nombre de représentations diplomatiques et les concentrer selon les espaces géopolitiques régionaux. Ou encore la « dotation des ambassades des moyens nécessaires pour sensibiliser les R-dcongolais de l’étranger en matière des cartes consulaires».

Mais aucune avancée notable n’a été enregistrée sur l’un ou l’autre projet. La DGM délivre les visas ci-après (dont certains avec le concours des missions diplomatiques) : Visa de transit, portuaire et aéroportuaire Visa de voyage (une ou plusieurs entrées pour un, deux, trois ou six mois), visa d’établissement permanent, visa d’établissement ordinaire (commerçant et profession libérale), visa d’établissement du travail, visa d’établissement des mineurs et étudiants, visa d’établissement pour épouses étrangères des nationaux, et visa de sortie avec (un ou plusieurs voyages).

POLD LEVI MAWEJA

By 24news