Dans une déclaration officielle faite le mardi 21 juillet, le Front Commun pour le Congo (FCC) se dit surpris de constater que les récentes ordonnances présidentielles portant mises en place au sein de l’armée, de la magistrature et de certains établissements publics ont été contresignées par le Vice-premier ministre, ministre de l”Intérieur.

Pour cette plateforme politique, c’est une violation intetionnelle des dispositions de la constitution. Le ministre de l’Intérieur a contresigné ces ordonnances présidentielles au moment où le premier ministre, qui est habilité à le faire était sur le territoire national, rassure t-elle. Il a été dépêché la veille en mission officielle dans la province du Haut Katanga par le Chef de l’Etat Félix-Antoine Tshidekedi.

Pour le FCC, le vice premier ministre ministre, ministre deb l’Intérieur devrait se limiter au niveau du traitement des affaires courantes et non à la signature des actes de hautes portées juridiques. “Les projets de ces ordonnances étaient préparés plusieurs mois plus tôt et qu’aucune urgence ne justifiait le contreseing d’un intérimaire non habilité. Il apparaît que l’intention programmatique de violer les dispositions des articles 79 et 92 de la constitution était manifeste”, a-t-on lu.

Pour le FCC, toutes ces ordonnances n’ont pas été proposées par le Gouvernement, moins encore par le conseil supérieur de magistrature selon le cas et moins encore délibérées par le conseil des ministres.

Plusieurs remplacements opérés par le Chef de l’Etat ont surpris le FCC qui manifeste son mécontentement. Il note par aileurs, le remplacement de certains membres de la cour constitutionnelle dont le mandat court encore. Des dispositions qui n’arrangent surtout pas la coalition FCC -CACH.

Affaire à suivre.

Armel Langanda

By 24news