Les Etats membres de la Communauté des États de l’ Afrique de l’Ouest (CEDEAO) vont dans un sommet imminent ce lundi 27 juillet se pencher sur la crise politique qui secoue le Mali depuis plusieurs mois.

En toile de fond, il va s’agir, selon des sources concordantes, de trouver une voie de sortie à cette crise en créant des conditions d’unité nationale et permettre au président Ibrahim Boubacar Keita de finir son deuxième et dernier mandat qui court jusqu’en Août 2023.

A cet effet, d’importantes mesures sont attendues parmi lesquelles, la dissolution du parlement pour mettre tout le monde en confiance et refaire les élections, la formation d’un gouvernement d’union nationale visant à intégrer toutes les forces vives de la nation et l’ouverture d’un procès contre les artisans des récents troubles qui ont conduit à des débordements majeurs, voire mort d’hommes. Il ne sera pas question pour ce faire, au cours de ce sommet, d’envisager l’hypothèse d’une quelconque démission du président Malien, précisent les mêmes sources.

Pour rappel, depuis la semaine dernière, une mission de la CEDEAO conduite par cinq chefs d’État (Ghana, Nigeria,Niger, Côte d’Ivoire et Sénégal) pour offrir les bons offices et tenter de converger les vues s’était terminée en queue de poisson. D’où la nécessité de l’ouverture de ce sommet qui devenait, à en croire le rapport des délégués de la CEDEAO, incontournable.

Faustin Kalenga

By 24news