Avec ses plus de 80 millions des terres arables, et son climat très favorable à l’agriculture, la République Démocratique du Congo est incapable d’assurer son autosuffisance alimentaire. Une situation incompréhensible surtout quand on réalise que le pays est plutôt soutenu par les pays frontaliers qui par ailleurs ne bénéficient pas des mêmes avantages que ceux que la providence a accordé à ce pays.

Plusieurs projets essayés pour booster l’agriculture en RDC, se sont en échec malgré defois d’importante somme d’argent injectée.

Le plus illustratif est bien entendu celui du parc agroindustriel de Bukangalonzo qui selon son initiateur l’ancien premier ministre Matata Ponyo,souffrirait de manque de leadership après que lui et son équipe aient quitté le gouvernement.

L’on parle des millions de dollars investis dans ce projet, entre 100 à 130 millions selon certaines sources, environ 200 millions affirment les autres.

Au-delà de tout, l’échec de la RDC dans le domaine de l’agriculture démontre l’incapacité des dirigeants qui se sont succédé à la tête de l’État et dans les différents gouvernement, de prendre effectivement à bras le corps cette épineuse question d’autosuffisance alimentaire.

La RDC dépense en moyenne 1 à 2 milliards de dollars/ans à l’importation des produits alimentaires pour nourrir sa population. Une gabegie, folie que d’autres ne peuvent se le permettre.

Pour plusieurs observateurs, les dirigeants congolais sont loin dans leurs calculs, de réussir ce pari car les projets dans le domaine de l’agriculture nécessite une expertise basée par d’expérience des structures qui ont eu à démontrer le savoir faire avec des résultats probants.

C’est ici, l’occasion de se poser la question ” Que devient ou que reste t-il de l’INERA, Institut National d’Etudes et Recherches Agronomiques? Cette société étatique jadis installée à Yangambi, à 80 km de Kisangani, était à l’époque coloniale la voie obligée pour des projets agricole de grandes envergures.

Sous Mobutu, INERA a joué un rôle capitale pour assurer tant soit peu l’autosuffisance alimentaire.

INERA avec plusieurs de ses cicursallles, est devenu l’ombre de lui-meme. Sans ressources, cette société dont la direction générale était installée à Yangambi avant d’être délocalisée pour s’installer à Kinshasa est à ce jour l’ombre d’elle même.

Tout est détruit, plus des routes, des maisons des administrateurs dans ce jadis beaux quartiers aux allures Suissesses sont transformées en des usines de fabrication d’alcool traditionnel.

Yangambi fera pleurer ceux qui y sont nés et grandi et l’ont quitté depuis des années.
INERA, ne garde que son bâtiment, l’ancienne direction générale.

Pour des analystes les plus avertis, la République Démocratique du Congo doit, si elle veut réellement sortir de ce marasme de l’autosuffisance alimentaire, compter sur les sociétés ayant déjà fait preuve pendant des années, que de vouloir en créer d’autres.

Donner des moyens aux sociétés telles que INERA, IFA, etc…est la meilleure voie.

JAM

By 24news