Les prétendues violations de la constitution par le chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi, font couler beaucoup d’encre et de salive.
Ce sujet a fait l’objet de l’exposé du professeur Raphaël Nyabirungu devant la presse ce 08 septembre 2020 à Kinshasa.

Le 17 juillet dernier, Félix Tshisekedi Tshilombo, président de la République, avait promulgué des ordonnances nommant des juges à la Cour Constitutionnelle.
Lesquelles ordonnances, d’après Nyabirungu, ont violé, au total, 9 articles de la constitution de la République.

« Nous relevons, en tout, neuf articles de la Constitution violés par les ordonnances du 17 juillet 2020. Il s’agit de l’article 1, alinéa 1, article 12, article 79, article 82, article 91, alinéas 1, 2 et 3, article 150, alinéas 2 et 3, les articles 152 et 158 ».

D’après le professeur, les ordonnances du 17 juillet dernier indiquent qu’elles ont été signées et publiées sur proposition du Conseil Supérieur de la Magistrature, alors que celui-ci ne s’est jamais réuni pour décider quant à ce.

Une sortie médiatique qui intervient à l’aube des invitations de Martin Fayulu et Théodore Ngoy au parquet près la Cour d’Appel de Kinshasa-Gombe, suite à leur commentaire sur ces ordonnances présidentielles.

Hugues Mpaka Mutwefa Breloc

By 24news