Après l’attaque du village Lisasa dans le groupement Buliki en territoire de Beni par les rebelles ougandais de forces démocratiques alliées (ADF) la nuit de vendredi à ce samedi 31 octobre 2020, le centre d’études pour la promotion de la paix, la démocratie et les droit de l’homme (CEPADHO) dresse un bilan d’au moins 21 civils tués par ces assaillants parmi lesquels quinz (15) femmes et plusieurs disparus dans son bulletin d’information publié ce week-end.

D’après les informations parvenues à cette structure de défense des droits humains, parmi les kidnappés figurent un infirmier du centre de santé local, des gardes malades et un Animateur de Secteur de l’église catholique, qui devait être installé ce dimanche 1er novembre.

“Par ailleurs, comme pour affirmer leur islamisme, les Jihadhistes ont saboté l’église symbolisant la foi chrétienne sur place (à savoir l’église catholique). Ils ont incendié le Bureau et un local de l’église avant de galvauder l’ eucharistie. Au niveau du Centre de Santé, les terroristes ont pillé tous les médicaments; ils ont emporté un nombre important des matériels avant d’incendier d’autres. Dans les villages, ces hors la loi ont également pillé des biens de valeur. Certains otages ont été utilisés comme porteurs de leurs butins”, lit-on dans ce bulletin.

Avec cette tuerie de Lisasa, le CEPADHO dit avoir enregistré plus ou moins 1004 (mille quatre) civils tués par les ADF/MTM dans l’espace de 12 mois. Il rappelle que du 30 octobre 2019 au 30 octobre 2020, une année vient de se passer après le lancement par les FARDC des Opérations dites de grande envergure contre ces terroristes qui se montrent curieusement invincibles.

GK

By 24news