Les francs-maçons sont bien ancrés dans la scène politique en Côte d’Ivoire. L’impasse politique entre les partisans du président Alassane Ouattara et ceux qui soutiennent le PDCI, parti d’opposition, crée aujourd’hui des failles dans la fraternité des hauts responsables politiques qui appartiennent à l’organisation.

Dans les coulisses, des tensions montent au sein de la Grande Loge de Côte d’Ivoire (GLCI), dont le Grand Maître est Hamed Bakayoko. Il y a plusieurs raisons à cela, mais les principales lignes de fracture restent l’élection.

Plusieurs francs-maçons au sein de la GLCI – la principale obédience maçonnique avec 40 loges et environ 2 000 membres – ont critiqué leur Grand Maître Hamed Bakayoko (Premier ministre et ministre de la défense de Côte d’Ivoire).

LIRE LA SUITE Côte d’Ivoire : Ouattara dirige ses troupes lors d’une réunion d’urgence

Leur principale plainte est de ne pas soutenir leurs frères de l’opposition au nom de la fraternité – notamment ceux du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) et de l’Union pour la démocratie et la paix en Côte d’Ivoire (UDPCI).

Rejeté
Les “frères de lumière” qui ont préféré ne pas rejoindre les rangs de la coalition présidentielle – le Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP), dont Bakayoko est l’un des vice-présidents – ont été licenciés.

Certains ont été emprisonnés, comme Georges Philippe Ezaley, qui a été arrêté le 3 novembre à la résidence Cocody-Ambassades de l’ancien chef de l’Etat Henri Konan Bédié.

Tiré de Africareport

By 24news