previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Slider

Après sa plainte déposée lundi 23 novembre dernier au parquet général près la cour de cassation, le président du conseil d’Administration (PCA) de la LIZADEEL Joseph Godé Kayembe a organisé un sit-in ce mercredi 25 Novembre devant le cabinet du Premier ministre sylvestre Ilunga pour exiger la révocation de celui qu’il considère comme réfractaire à la gratuité de l’enseignement de base déclarée par le chef de l’État selon la constitution.

Porteur d’un mémo, Joseph Godé Kayembe dit avoir déposé les observations ayant conduit à sa démarche. au chef du gouvernement pour sauver la gratuité. Lesquelles observations ont démontré comment tout est mis en place par le ministre de l’EPST Willy Bakonga et je secrétariat général du SECOPE pour détourner les frais alloués à la gratuité de l’enseignement chaque mois et cela, par la multiplication des effectifs fictifs des enseignants.

<< J’ai été reçu par le porte-parole du premier ministre qui a loué notre initiative>> a confié le PCA de la LIZADEEL à la presse avant de dévoiler le contenu.

<< Nous avons mené des enquêtes qui nous ont renseigné avant le départ du ministre Maker Muangu , l’effectif des enseignants était à près de 160.000. avec l’avènement de la gratuité, l’effectif est passée de 160 mille à 600 mille sans contrôle précis. Nous exigeons qu’un audit soit diligenté>>, soutient-il.

Pour le défenseur des droits des élèves et enfants, Willy Bakonga est à la manœuvre du sabotage de la gratuité qui soulage plusieurs parents et que nous avons obtenue grâce à la bonne volonté du chef de l’État. “Ce sabotage est justifié par le multiplication des effectifs fictifs , des écoles qui n’existent que sur papiers et autres magouilles.” Précise Godé Kayembe.

Cependant, cette opération qui vise à saboter la gratuité est organisée par le ministre de l’EPST en connivence avec le secrétariat général du SECOPE qui doit également répondre de ses actes devant la justice, a martelé le PCA de la Lizadeel.

À noter qu’un autre sit-in est prévu vendredi 27 novembre prochain devant la résidence du cardinal Fridolin Ambongo pour dénoncer sa main noire derrière les écoles catholiques.

Faustin Kalenga

By 24news