<< Hormis le sabotage de la gratuité , le détournement des fonds opéré au ministère de l’EPST a causé préjudice aux enfants, parents et enseignants, une enquête judiciaire est plus que nécessaire>>, a déclaré l’élu de Lukunga à Kinshasa.

Depuis quelques jours , il s’observe dans les écoles catholiques des solutions palliatives dans le sens de saper la gratuité de l’enseignement où des sommes d’argent sont payées à hauteur de 100 USD pour assurer la prise en charge des enseignants par les parents et permettre la poursuite des cours suspendus depuis près de trois semaines.

Cette situation a paralysé le bon fonctionnement du système éducatif et appelle à l’implication rapide du gouvernement pour des solutions idouanes.
Plusieurs organisations de la société civile dont la LIZADEEL , ont pointé du doigt le ministre Willy Bakonga qui organise avec le SECOPE des magouilles afin de multiplier des effectifs fictifs d’enseignements et détourner les fonds alloués à la gratuité.

Cette dénonciation n’a fait qu’emboîyer les pas au député Tony Mwaba qui a été le précurseur de cette dénonciation. Après plusieurs prévues fournies attestant le vol organisé au ministère de l’EPST, le député UDPS trouve nécessaire l’ouverture d’une enquête judiciaire afin que les responsabilités soient établies.

Rappelons que plusieurs sources confirment la thèse soutenue par la lizadeel faisant état de près de 61 milliards de francs congolais détournés au ministère de l’EPST et dont les éléments principaux seraient le ministre Willy Bakonga et le secrétaire général du SECOPE. Lors d’une tournée à Kinshasa au mois d’août, le président de la République avait rencontré une enseignante qui a bravé la peur, et lui avait demandé au chef de l’État de diligenter des enquêtes au SECOPE pour dénicher les fausses nouvelles unités reprises sur la liste de paie.

Faustin Kalenga

By 24news