La motion contre le bureau de l’Assemblée nationale n’est pas encore déposée. Les services courriers de l’assemblée nationale reste encore fermés. Selon les sources concordantes, plusieurs députés de toutes tendances confondues auraient apposé leurs signatures. On parlé de plus de 130 du côté du FCC. De Cap pour le Changement en passant par Lamuka au Front Commun pour le Congo, les tendances ne vont pas dans le sens de maintien de ce bureaue.

C’est donc le thermomètre qui va dessiner la température politique dans les jours qui viennent dans Sun contexte où le pays est suspendu dans l’attente du message à la nation du Chef de l’État Félix Tshisekedi qui doit s’exprimer ce dimanche, selon la presse présidentielle.

La motion contre le bureau Mabunda présente des enjeux hyper complexe dans le sens où la bataill serait pour le Camp du Ch f de l’État de la recomposition de la nouvelle majorité. Une option pas facile d’autant plus que la constitution ne donne pas ass z des marges aux députés qui quitte de gré leurs formations politiques.

Pour un ancien membre du gouvernement Tshibala qui a requis l’anonymat, les députés ne quitteront pas leurs formations politiques pour se retrouver dans Cach. ” Non, l’approche n’est pas celle de débauchage. Cela est une pratique révolue. Il est plutôt question de conscientiser les députée pour travailler désormais dans l’intérêt supérieur de la nation. Ils restent Pprd ou FCC, mais ils virent contre tout ce qui dans le sens évoquer le développement du pays”, nous a t-il déclaré.

Ainsi donc, Jeannine Mabunda aussi chacun des membres du bureau de l’Assemblée nationale auront du mal à sortir vainqueurs de ce combat, car soulignons le, les ennemis ne viennent pas nécessairement des adversaires politiques en face, mais aussi et surtout au sein même de leur famille politique où beaucoup n’ont pas apprécié la désignation de cette femme à la tête de la chambre basse du parlement.

En clair, le départ de ce bureau, ay l’issue de cette motion, serait donc une réelle porte ouverte pour une large manoeuvre en faveur de Félix Tshisekedi et son camp.

Même si la recomposition d’une nouvelle majorité n’est pas chose acquise pour le Président de la République, cette destination serait une occasion de tirer des leçons pour toute autre personne qui va remplacer en ce sens qu’il mettra en tête et en application le respect de l’institution ” Président de la République”.

La rédaction

By 24news