Le Syndicat des Enseignants du Congo, SYECO, réitère son soutien à l’Union Sacrée pour la Nation et salue la volonté du chef de l’Etat sur la mise en application de l’accord de Mbudi.

Le SYECO exhorte par ailleurs le Chef de l’Etat à ne plus tarder sur ses décisions en ce qui concerne l’éducation nationale, car l’année scolaire et académique 2020-2021 a déjà perdu 30% de son exécution à cause des faits d’instabilité répétés ; entre autre l’insécurité à l’Est de la république, les manœuvres et tentatives de certains chefs religieux autour de la prise en charge des enseignants par les parents pour faire échec au régime de la gratuité de l’enseignement de base, fondement politique de votre quinquennat.

Il suggère ce qui suit :

1. La convocation expresse de la commission paritaire banc syndical et banc gouvernemental pour statuer sur les accords de Mbudi en vue de leur mise en application immédiate pour le bien-être des agents et fonctionnaires de l’Etat en particulier et des populations congolaises en général ; afin de sauver cette année scolaire en cour.
2. Mettre hors d’état de nuire tous les détourneurs de l’enveloppe salariale des enseignants, ainsi que les contrefacteurs distingués dans les faux arrêtés ministériels dans le secteur de l’éducation créant la pléthore qui bloque l’application de l’ordonnance 232 pour l’EPST et la loi-cadre n°18/038 du 29 décembre 2018 pour l’ESU.

Pour rappel, L’accord de Mbudi, contrat social de Mbudi ou le contrat social de l’innovation, est un accord signé le 12 février 2004 à Mbudi entre le Gouvernement de transition de la République démocratique du Congo, représenté par le vice-président de la République Arthur Z’ahidi Ngoma et les syndicats de l’Administration publique et interprofessionnels.Le gouvernement s’était engagé à payer à l’huissier 208 $US et au secrétaire général de l’Administration publique 2 080 $US en respectant la tension de 1 à 10.L’application de cet accord devait se faire en trois paliers :

10 000 FC payable à partir du mois d’avril 2004
2/3 des 208 $US au mois de juin 2004
le dernier 1/3 des 208 $US en octobre 2004.
Les indemnités de transport devaient être réajuster selon les tendances du marché. Les syndicats devaient en retour observer la trêve sociale.

Yvette Ditshima

By 24news