La journée mondiale des droits de l’homme a été célébrée ce jeudi 10 décembre 2020. C’est le 72eme anniversaire depuis qu’a été adoptée par les nations unies la Déclaration Universelle des Droits de l’homme (DUDH) en 1948.

Dans la région de Beni au Nord-Kivu(Est de la République Démocratique du Congo), les organisations de défense des droits de l’homme dressent un tableau très sombre des violations des droits humains documentées suite à l’activisme de plusieurs groupes armés négatifs essentiellement les rebelles ougandais de forces démocratiques alliées (ADF), qui s’attaquent à la paisible population.

Maître Henri Ngavo, coordonnateur de l’ONG-DH association africaine pour les droits de l’homme (ASADHO), indique que les droits humains ne sont pas respectés dans la région de Beni. Il recommande ainsi l’implication des autorités compétentes pour le retour de la paix non seulement à Beni mais dans tout l’Est de la République Démocratique du Congo.

Il faut le dire, depuis 2014, la région de Beni fais face l’activisme des rebelles ougandais de forces démocratiques alliées (ADF) qui tuent les paisibles citoyens. Plusieurs villages restent vidés de leurs habitants qui se sont déplacés vers les zones supposées sécurisées craignant pour leur sécurité.

Pendant ce temps, à Mongbwalu, cette journée est passée sous méditation. Le coordonnateur de l’ONG Justice et dignité pour tous, antenne de Djugu dans la province de l’Ituri, dresse un bilan sombre de droits de l’homme en territoire de Djugu. Selon Anecho Baby son coordonnateur, les droits de l’homme sont violés sur tous les plans. C’est ainsi qu’il invite les autorités et la communauté internationale à renforcer l’appareil judiciaire de l’État.

GK

By 24news