<< Si le premier ministre ne dépose pas dans les jours à venirs sa démission, il va subir le même sort que le bureau Mabunda>>, indique le député national André Léon Tumba Mukendi qui dit avoir tout mis en place pour enclencher sa démarche parlementaire.

<< Nous allons le contraindre à démissionner pour donner lieu au nouveau gouvernement de l’Union sacrée que le Chef de l’État entend mettre en place afin de poursuivre avec son quinquennat >>, soutient l’élu de Miabi sur la liste de L’UDPS.

<< Je vous informe que tout est déjà mis en marche pour pour activer cette motion qui n’est qu’un exercice parlementaire. Légalement nous en avons le droit compte tenu de l’actuelle configuration de la majorité parlementaire qui a levé l’option de faire route avec le Chef de l’État autour de l’Union sacrée>> précise André Léon Tumba Mukendi.

Rappelons que selon la loi et le règlement d’ordre intérieur de l’Assemblée Nationale, tout élu du peuple est en droit d’exercer son métier parlementaire sur un dossier dont il souhaite avoir lumière et précisions auprès d’un membre du gouvernement, un chef d’entreprise voir le chef du gouvernement. Cela passe par une question orale, écrite, une interpellation, une motion de défiance et celle de censure dont le but est essentiellement de faire tomber un gouvernement.

Dans le cas de figure, le chef de l’État ayant annoncé dans son discours du 6 décembre dernier la rupture FCC-CACH, plusieurs voix s’élèvent pour réclamer la démission du premier ministre sylvestre Ilunga qui fut nommé notamment conformément à cet accord.

Faustin Kalenga

By 24news