Invité de la Radio France International (RFI) ce dimanche 13 décembre 2020, Moïse katumbi s’est montré très hostile à l’idée des élections anticipées en république démocratique du Congo.

<< Pourquoi devons-nous organiser ces élections alors que le pays n’a pas d’argent et traverse des moments très difficiles sur tous les plans>>, s’interroge le président de Ensemble pour la République.

Par ailleurs, l’ancien gouverneur du Katanga emboîte les pas au chef de l’État dans sa démarche visant à obtenir les réformes avant la tenue d’une élection crédible.

<< Nous devons commence le chef de l’État l’a annoncé engager le pays sur la voie des réformes surtout électorales avec la nouvelle majorité que le peuple congolais a acquise. Pour espérer aller aux élections en toute transparence>>, soutient-il, même si ancien allié de Joseph Kabila s’est montré très réservé par rapport à sa candidature en 2023. ” Pour le moment nous devons travailler pour les trois ans qui restent et faire bénéficier au peuple qui souffre ce qu’il attend de nous.”

S’agissant de l’actuelle configuration de la majorité parlementaire autour de l’Union sacrée que compte mettre en application Félix Tshisekedi, Moïse katumbi affirme qu’il n’y a jamais existé une majorité acquise à Joseph Kabila.

<< L’ancienne majorité n’était que théorique, et n’était basée sur aucune sincérité>>, a t-il lâché avant de réaffirmer son attachement à ce qu’il appelle opposition républicaine.

<< Je demeure opposant et à Lamuka. Je suis là et je travaille pour l’intérêt de la population, c’est dans ce contexte que nous avions été rencontré le président de la République >>

Faustin Kalenga

By 24news