En présence des ministres, experts et un échantillon d’élèves, l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation la science et la culture (UNESCO) a présenté ce mardi 15 décembre 2020 au salon Congo de pullman Kinshasa, le rapport mondial de suivi sur l’éducation intitulé “Inclusion et éducation : Tout sans exception”.

 

Dans ce rapport l’accent est mis sur la situation des enfants élèves vivant avec handicap. L’UNESCO note que la situation des enfants avec handicap telle que renseignée par les données du SIGE 2017-2018, laisse percevoir un effectif d’enfants infime représentant 0,8% pour le pré-primaire et 0,1% pour le Primaire et le secondaire.

L’UNESCO a aussi constaté que 40% des pays les plus pauvres notamment la RDC n’ont pas réussi à soutenir les apprenants à risque pendant les périodes de fernerture des écoles, il exhorte par ailleurs le Gouvernement Congolais à poursuivre des politiques d’inclusion qui se concentrent sur les laissés-pour-compte afin de favoriser une société plus résiliente et plus égalitaire.

Présent à ces assises, le ministre de la Formation Professionnelle, John Tumba a dans son mot de circonstance indiqué que dans ce programme il n’y a pas que l’égalité de l’éducation mais aussi l’équité des apprenants vivant avec handicap.

«Je remercie l’UNESCO pour ce travail abatu, le rapport de suivi de l’éducation 2020, “Inclusion et éducation: tous, sans exception”, cela veut dire qu’il y’a pas que l’égalité bien plus encore l’équité qui concerne les apprenants vivant avec handicap, la prise en compte des enfants exposés à la stigmatisation et toute sorte de discrimation dans le système éducatif.» a-t-il expliqué

Madame le ministre déléguée chargée des PVH Irène Esambo a, aussi répondu présente, elle a salué l’initiative de l’UNESCO qui cadre avec les attributions de son ministère notamment celle de contribuer à l’enseignement spécial, la prise en compte des élèves vivant avec handicap.

«Nous saluons cette belle initiative de l’UNESCO qui a prise en compte les élèves vivant avec handicap dans l’inclusion et éducation qui consistent à ne laissés-pour-compte. J’apprécie le fait que nous travaillions dans une intense collaboration entant qu’acteur du gouvernement pour la réussite de ce pari de l’éducation inclusive.» a dit la ministre Irène Esambo Diata

Pour sa part, le Représentant de l’UNESCO dans son mot prononcé par M. Aristide ONGONE, Représentant pays de la FAO a indiqué que la pandémie de Covid19 a davantage révélé et accentué ces inégalités ainsi que la fragilité de nos sociétés.

«Ce rapport lance une mise en garde en soulignant que les possibilités d’éducation restent inégalement réparties.Trop d’apprenants demeurent privés d’une éducation de qualité, car les obstacles à surmonter sont encore trop hauts. Même avant la Covid19, l’exclusion totale de l’éducation touchait un enfant, adolescent ou jeune, sur cinq. Des millions d’autres sont marginalisés au sein même de leur salle de leur classe à cause de la stigmatisation, des stéréotypes et de la discrimination.» a lu Aristide ONGONE

Notons que ce rapport montre que les systèmes éducatifs ne prennent souvent pas en compte les besoins spécifiques des apprenants, l’UNESCO signale qu’il y’a un manque chronique de données de qualité sur ceux qui sont laissés pour compte. La RDC a communiqué ses dernières données sur le handicap en 2015.

Yvette Ditshima

By 24news