Des viandes boucanées de tout genre, aux prix variés jugés chers pour les autochtones mais bon marché pour les visiteurs.

Les vendeuses se plaignent des plusieurs taxes, leur imposées le long de route du lieu des achats au près des chasseurs au marché.

” C’est vrai que les prix ont beaucoup augmentés depuis quelques temps, ce qui ne nous facilitent pas aussi la tâche. Mais nous déplorons aussi des taxes le long de route ce qui justifient les prix à la hausse que vous constatez” déclare Amunazo, une femme vendeuse des viandes boucané.

Ces courageuses femmes qui nourrissent fleurs familles grâce à ce commerce, demandent aux autorités provinciales d’intervenir pour la suppressions de certaines barrières et taxes à la base de la hausse du prix des viandes à Kindu.

JAM

By 24news