previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Slider

Des réactions s’enregistrent après la dernière attaque des rebelles ougandais de forces démocratiques alliées (ADF) dans la commune rurale de Bulongo en territoire de Beni dans le Nord-Kivu(Est de la République Démocratique du Congo) lundi dernier où au moins six personnes avaient été tuées par ces rebelles.

La dernière en date est celle du centre d’études pour la promotion de la paix, la démocratie et les droit de l’homme (CEPADHO) qui se dit très préoccupé par la situation sécuritaire dans la région de Beni, caractérisée par la tuerie des civils par les rebelles ADF. Cette structure de défense des droits humains condamne avec véhémence cet énième carnage qui porte à plus ou moins 1110, le nombre des civils massacrés par ces assaillants à l’intervalle d’une année seulement.

Dans une déclaration rendue publique ce jeudi 24 décembre 2020, le Centre d’études pour la promotion de la paix, la démocratie et le droit de l’homme(CEPADHO) considérant le caractère Islamiste des ADF, croit que ce massacre est à inscrire dans une série d’actes de sabotage planifié contre les festivités de Christmas et de nouvel an. Le CEPADHO invite à cet effet les FARDC, la PNC, la Monusco et tous les services de sécurité à demeurer en état d’alerte pour veiller sur les villes et Beni et Butembo ainsi que les grandes agglomérations des territoires de Beni au Nord-Kivu et d’Irumu en Ituri.

GK

By 24news