Le couvre-feu instauré par le Président Félix Antoine Tshisekedi sur l’ensemble du territoire congolais dans le but de lutter contre la deuxième vague de la pandémie à coronavirus mardi 15 décembre dernier, est une aubaine pour les policiers.

Ce couvre-feu qui conformement aux décisions prises par le Chef de l’État débute à 21h, ce n’est pas le cas à Mbandaka où
les policiers de cette ville arrêtent les paisibles citoyens à partir de 20h30′, et leur exigent de payer des amandes de 5.000, à 500.000fc par personne, affirme Mr. Jean Paul kayembe, membre de la société civile, qui a intervenu sur sur les antennes de la radio Top Congo ce mardi 29 décembre.

À ce fait, la population implore l’intervention des autorités nationaux afin qu’elle soit en sécurisée.

Exaucée Momba Kalemba

By 24news