previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Slider

Répondant à une question lui posée au cours de l’émission face à face sur top Congo mardi 5 janvier courant, le professeur André Mbata met en exergue trois mécanismes pour obtenir le départ du premier ministre sylvestre Ilunga Ilunkamba dont la démission tarde à venir.

Selon le constitionnaliste Congolais, le premier ministre sylvestre Ilunga et son gouvernement peuvent être destitués par premièrement une motion de censure qui sera enclenchée au cours de la session extraordinaire convoquée ce jour par le bureau d’âges, le retrait par le président de la République de l’ordonnance nommant le premier ministre au nom de l’accord FCC-CACH qui n’existe plus.

À ce sujet, André Mbata estime qu’à l’instar de membres du FCC qui réclamaient le retrait des ordonnances présidentielles signées le 17juillet 2020, de cette façon également le chef de l’État peut au regard de l’accord FCC-CACH qui n’existe plus retirer son ordonnance.

<< À partir du moment où l’accord FCC-CACH qui vous a permis d’être là n’existe plus, l’élégance voudrait que le premier ministre démissionne au lieu de subir le ridicule. Au cas contraire, le chef de l’État a la possibilité de retirer son ordonnance estimant que l’accord n’existe plus>>, soutient André Mbata.

Par ailleurs, le constitionnaliste Congolais offre comme troisième mécanisme, la liberté à Ilunkamba de quitter le gouvernement par la grande porte. C’est-à-dire démissionner.

Dans la foulée, le député André Mbata a laissé entendre que l’actuel chef du gouvernement appartient désormais au passé et que d’ici le mois de février, personne ne parlera de lui comme premier ministre.

Faustin Kalenga

By 24news