La libération de Benjamin wenga et de Modeste Makabuza respectivement DG de l’OVD et de la SOCOC , dans le collectif des prisonniers ayant bénéficié de la grâce présidentielle ne cesse de causer des remous dans l’opinion.

Si pour plusieurs partisans du président de L’UNC Vital Kamerhe, cette libération vient confirmer la thèse d’un procès politique contre leur leader, le professeur André Mbata par contre renvoie la balle dans le camp du ministre de la justice qui aurait manigancé quelque chose et dont il réclame sans délai le retrait de l’arrêté  qu’il qualifie de “frauduleux”.

<< Je demande le retrait sans délai de l’Arrêté frauduleux du Ministre de la Justice ayant profité de la grâce présidentielle pour accorder la libération conditionnelle aux personnes condamnées pour détournement des deniers publics et exige leur retour immédiat en prison>>, dénonce le député UDPS

Pour le constitutionnaliste congolais, << il s’agit d’un acte de sabotage des efforts du Président de la République en vue de la consolidation d’un État de droit, la lutte contre l’injustice, l’impunité, la corruption et d’autres anti-valeurs héritées de l’ancien système>>, soutient-il.

Pour rappel, Benjamin wenga et Modeste Makabuza se sont vus accordés une liberté conditionnelle a travers les personnes ayant rempli les critères retenus par le chef de l’État a travers les ordonnances présidentielles qu’il a signées le 30 décembre dernier. Ils ont été condamnés dans le procès de 100jours pour avoir détourné et surfacturé la construction des routes et réhabilitation de quelques chantiers notamment au Nord-Kivu et à Kinshasa.

Faustin Kalenga

By 24news