previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Slider

L’information a été confirmée par Georges kapiamba président de l’association congolaise pour l’accès à la justice (ACAJ), qui dit être à la tête d’une forte délégation des ONG des droits de l’homme ayant saisi le procureur général près de la cour de cassation pour ouvrir une enquête sur la libération de quelques condamnés dans le procès de 100 jours.

Selon Georges Kapiamba, la démarche des ONG vise à crédibiliser l’État de droit à travers une justice pour tous. Il dénonce également le flou qui entoure cette libération qui , dans un premier temps était incorporée aux prisonniers graciés par le président puis sur la liste des personnes ayant obtenu une liberté conditionnelle.

A noter que Benjamin Wenga et et Modeste Makabuza respectivement DG de l’OVD et SOCOC ont recouvré leur liberté sous des conditions que seul le ministre de justice connait alors qu’ils étaient à chacun condamnés à trois ans de prison pour avoir détourné et surfacturé le projet 100 jours du chef de l’État sur son volet infrastructures dans les villes de Kinshasa et Goma. Cette libération a provoqué un tollé général dans l’opinion.

Faustin Kalenga

By 24news