Le tribunal militaire de garnison de Beni-Butembo mercredi 20 janvier 2021 prononcé le jugement dans le dossier opposant le ministère public aux huit militants du mouvement citoyen lutte pour le changement (LUCHA).

Accusés de sabotage mais aussi de violences et insultes à l’encontre d’une sentinelle, tous les militants ont été acquittés car le juge a qualifié toutes les accusations portées contre eux de non fondées.

Ils ont été libérés immédiatement après que le juge ait prononcé le verdict.

La partie de la défense salue l’indépendance de la justice. Maître Élie Vahumawa, avocat aux barreaux de Kwilu, se dit très satisfait d’autant plus que ses clients ont été acquitté.

“Le dossier était vide. Tout Tribunal sérieux devait acquitter ces jeunes. La vérité était là et le juge ne devait que aquitter. Accuser c’est une chose mais soutenir l’accusation en est une autre.

Les renseignants ont vidés la dernière goutte d’espoir lorsqu’ils ont affirmé qu’ils ne connaissaient personnes d’entre les prévenus.

Une graine de doute s’est vite plantée dans les esprits des juges doublés du fait que la descente avait prouvée aussi une autre réalité autre que celle que l’Officier du ministère public soutenait devant le tribunal. L’officier du ministère public a été coincé et était obligé de laisser tomber la destruction et retenir la menace à sentinelle que la défense a balayé à coup sûr et ainsi obtenir l’acquitement des ces militants”, a-t-il fait savoir

Cet avocat salue l’honnêteté de l’officier du ministère public qui a compris le fait qu’il y a eu des insuffisances dans le dossier. Il faut noter que ces militants avaient été arrêtés le 19 décembre 2020 lors de la manifestation pacifique pour exiger le départ de la MONUSCO accusée d’être incapable de ramener la paix dans la région de Beni longtemps troublée par la tuerie des civils par les rebelles ougandais de forces démocratiques alliées (ADF).

Gires Kasongo

By 24news