La motion de censure contre le gouvernement Ilunga Ilunkamba initiée par les députés de l’Assemblée nationale ne met pas d’accord le Front commun pour le Congo. Le regroupement politique la Nogec pointe du doigt la Cour constitutionnelle et invite le Premier ministre à ne pas légitimer cette motion.

La Nouvelle génération pour l’émergence du Congo, NOGEC, qualifie la motion de censure visant le Premier ministre et son gouvernement . Le regroupement politique de Constant Mutamba propose au chef du gouvernement de ne pas légitimer cette motion et laisser l’Union sacrée de la Nation aller jusqu’à la fin de son coup.

La Nogec se sent profondément préoccupée par le coup de force que tente d’opérer l’Union sacrée, à travers la requalification d’une majorité parlementaire, pourtant constituée depuis l’entame de la législature.

La Nogec n’écarte pas la Cour constitutionnelle qu’elle pointe du doigt.
Dans cette même déclaration, le regroupement politique proche de Kabila dénonce une complicité très grave de la Cour constitutionnelle qui se détourne de sa mission : être le gardien de Constitution.

Partant de son récent arrêt sur les attributions du bureau d’ âge de l’Assemblée qu’elle qualifie de scandaleux, la Nogec fustige le fait qu’un député peut désormais appartenir à la majorité parlementaire, alors que le parti ou regroupement grâce auquel il a été élu, appartient à l’opposition.

La Nogec fait appel à la communauté tant nationale qu’internationale à ouvrir grandement les yeux sur la situation qui traverse la RDC.

Hugues Mpaka Mutwefa
Breloc

By 24news