La situation sécuritaire demeure préoccupante dans le village Mwenda, entité située dans le secteur de Ruwenzori en territoire de Beni au Nord-Kivu. Ce, après des attaques répétitives des rebelles ougandais de forces démocratiques alliées (ADF) le mois écoulé. La société civile locale parle de plus de 85% d’habitants qui se sont déplacés vers les zones supposées sécurisées craignant pour leur sécurité.

Selon Jérémie Mbweki, président de la société civile de Mwenda, il ne reste que 15% d’habitants qui passent nuit avec la peur craignant des éventuelles attaques de ces assaillants. Celui-ci demande l’implication urgente du Gouvernement congolais pour le retour de la paix et la sécurité durable dans cette partie du pays.

“Jusqu’à présent, les gens ne sont pas toujours de retour. Il y a seulement 15% de la population et qui passe nuit avec la peur au ventre. Le Gouvernement doit nous ramener la paix pour que la population continue avec ses activités champêtres. Aussi longtemps que nous n’avons pas la chance d’accedrer dans nos champs, c’est vraiment inutile d’y retourner”, a-t-il fait savoir.

La société civile salue néanmoins la présence des militaires FARDC à Mwenda. Elle plaide aussi aux autorités compétentes de pouvoir appuyer ces militaires afin qu’ils soient en mesure de sécuriser la population.

“Les militaires sont là, ils sont entrain de travailler comme il faut. Nous demandons aux responsables de la paix de fournir les efforts en appuyant nos FARDC pour qu’ils puissent faire ce qu’on peut faire afin que la paix revienne”, conclut Jérémie Mbweki, président de la société civile de Mwenda.

Gires Kasongo

By 24news