Visiblement serein, l’ancien ministre des Finances et Premier ministre sous Kabila, le sénateur Matata Ponyo après 4 ans  est sorti de son silence sur le dossier Bukanga Lonzo. Devant la presse ce vendredi 12 Février à l’hôtel Memling de Kinshasa, le sénateur Matata a étalé les huit (8) insuffisances informatives et techniques contenues dans la note de l’Inspection Générale des Finances.

Accusé de détournement dans le dossier du projet du Parc Agro-Industriel de Bukanga Lonzo à l’issue d’une démarche de l’GF, Matata Ponyo clame son innocence et dénonce une démarche politicienne menée par cette institution de l’Etat.

«Je n’ai pas peur d’affronter la justice car je n’ai jamais détourné aucun dollars depuis mes 7 ans au BCECO et mes quatres ans passés à la primature.» dixit le sénateur Matata Ponyo

Dans son exposé de près de deux heures, Matata Ponyo a donné de manière détaillée les insuffisances informatives de l’IGF ci-après:

1. L’IGF affirme qu’il n’existe pas d’étude de faisabilité proprement dite sur le Parc Agro-Industriel de Bukanga Lonzo.
2. Le non-respect des procédures relatives à la passation des marchés publics, ont été à la base de toutes les difficultés dans la programmation et réalisation du projet.
3. Le Premier Ministre honoraire est responsable intellectuel de la débâcle du Parc Agro-Industriel de Bukanga Lonzo à travers la conception, la planification et les engagements pour paiements de plus de 83% de fonds décaissés directement aux comptes du partenariat sud-africain et ses filiales loges en Afrique du Sud.
4. Le Premier Ministre honoraire intervenait tout au long du cycle de vie du projet tout au moins à travers le fait que le bureau du Premier Ministre honoraire était au centre de gestion et d’engagement de toutes les dépenses du projet directement ou indirectement à travers le Ministre délégué auprès du Premier Ministre chargé des Finances qui dépendait totalement de ce dernier.
5. Débâcle de Bukanga Lonzo.
6. Utilisation d’une société écran pour se faire rémunérer indûment
7. Surfacturation dans la mise en ouvre du projet
Et
8. Le Ministre de l’Industrie et celui des Affaires foncières représentant le Ministre de l’Agriculture et Développement Rural ci-dessus ont indiqué qu’ils on été appelés à signer ladite convention sans en connaître les tenants et les aboutissants du projet.

Écœuré par ce qui se dit sur la toile au sujet du fameux rapport de l’IGF, Augustin Matata Ponyo Mapon se réserve le droit de traduire en justice l’inspection Générale des finances pour imputations dommageables car, il n’est impliqué ni de loin ni de prêt dans le détournement financier dans le projet Bukanga Lonzo.

Yvette Ditshima

By 24news