La reprise des activités scolaires sur toute l’étendue du territoire national est prévue pour lundi 22 février prochain. Considéré comme plus exigeant, le syndicat des Enseignants Catholiques, Synecat, rassure la disponibilité de ses enseignants à donner cours malgré le retard de payement de leurs salaires.

Pour Mulongo Tshimanga, Secrétaire général du Syndicat des enseignants des écoles catholiques, Synecat, ce regroupement d’enseignants n’a jamais voulu aller en grève. Il a pointé du doigt le gouvernement Ilunkamba pour n’avoir pas tenu sa parole.

« Nous, nous avons toujours évité des grèves mais c’est le comportement du partenaire, l’Etat congolais, qui conditionne le comportement des enseignants. Le gouvernement sortant n’a pas respecté les engagements en ce qui concerne le paiement des deuxième et troisième paliers ainsi que les nouvelles unités du secondaire. Cela a conduit les enseignants en grève jusqu’au moment où nous sommes allés en confinement. Le gouvernement sortant n’a pas laissé des traces qui prouvent qu’il y avait vraiment envie de payer ça. Il en sera de même pour le gouvernement à venir. Nous, nous sommes là, pour le moment il n’y a pas d’interface. » a-t-il dit.

Le Synecat accepte tout de même de reprendre les activités scolaires. Ce regroupement d’enseignants catholiques attend l’installation du nouveau gouvernement pour lui apporter ces revendications.

« Nous attendons la reprise, nous allons reprendre et dès que le gouvernement sera en place, ce sera à ce moment-là que nous allons amener nos préoccupations et difficultés »

Notons que les élèves de la maternelle, primaire et secondaire sur toute l’étendue du pays retrouvent le chemin de l’école après deux mois à la maison suite au covid-19.

Hugues Mpaka Mutwefa Breloc

By 24news