previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Slider

La délégation syndicale de la Régie des Voies Aériennes (RVA) vient d’être désavouée par les agents. Ces derniers viennent d’être désavoués via une pétition, de déchoir celle-ci qui n’a plus le droit de parler en leur faveur. Pour les agents de la RVA, l’intersyndicale n’a jamais travaillé en leur faveur depuis toujours.

A peine installé en remplacement d’Abdallah Bilenge, le Directeur Général a.i de la RVA Pambu Pambu William, convainct déjà ses agents à travers ses actions salvatrices allant dans le sens de l’amélioration du travail au sein de cette entreprise de l’Etat.

« Ce qui signifie que l’intersyndicale qui nous représentait n’a plus le droit de parler au nom de la RVA. Après avoir subi plus d’une décennie les effets de la tyrannie et de l’appauvrissement, planifiés par des agents du reste rendu possible par le pillage systématique de la RVA, nous avons noté que cette situation a été surtout encouragée par la complicité des syndicalistes qui n’ont rien fait pour défendre les intérêts des travailleurs, parce qu’ils ne défendaient que les intérêts de leur ventre », affirme Musitu Floribert, représentant des agents.

Dans leur déclaration, les agents affirment que les délégués syndicaux qu’ils viennent de désavouer, se sont transformés en défenseurs de la médiocrité en soutenant et travaillant pour les hommes et femmes qui constituent les réseaux de destruction de la RVA et l’appauvrissement de leurs familles. « Ils se sont encore bien organisés pour empêcher le DG a.i Pambu Pambu William d’aider l’entreprise à se relever. A peine quelques mois aux commandes de la RVA, le DG a.i Pambu Pambu William a déjà fait baisser le pillage de l’entreprise. Il a posé des actes en faveur du personnel que personne avant lui n’a fait il y a de cela 20 ans », Poursuit Musitu Floribert.

En attendant les nouvelles dispositions de l’inspection générale du travail et de madame la ministre du Travail, les agents de la Régie des Voies Aériennes informent les autorités du pays que les travailleurs de la RVA ont mis en place un comité syndical de crise dirigé par un bureau d’âge.

C’est le seul et unique organe qui va parler en leur nom en attendant les élections syndicales.

Armel LANGANDA