L’accès à l’eau potable a toujours posé problème en République démocratique du Congo. Pour y remédier, la campagne de contrôle des eaux usées a déjà été lancée par le ministre de l’Industrie Julien Paluku.

L’objectif poursuivi en lançant cette vaste campagne, est non seulement de contrôler et de gérer les eaux, mais aussi et surtout promouvoir et encadrer techniquement ces eaux.

En effet, l’eau après usage est dite « polluée » et se doit d’être traitée avant de rejoindre le milieu naturel. Sans cela, elle pourrait causer de graves dommages. En lançant cette campagne et en choisissant comme site la société brassicole Bralima, le gouvernement congolais veut s’assurer de la protection des usines de traitement et veiller à ce que tout se fasse dans les normes requises.

A ce stade, le suivi ponctuel s’avère nécessaire et permanent à travers tous les services. Ces travaux de contrôle des eaux usées vont s’étendre de manière permanente sur l’ensemble du territoire national. Un pari que la RDC cherchera à gagner pour protéger sa population de tout danger lié à la consommation des eaux non traitées.

Déjà, un contrat de partenariat avait déjà été signé entre le ministère de l’industrie et la société HYDRAC. Il consiste à faire les analyses physico-chimiques et bactériologiques des eaux.

Dans son intervention, le ministère de l’Industrie Julien Paluku s’est fermement engagé à veiller pour que le service rendu par la société brassicole Bralima soit connue par la population qui gère ses eaux usées elon les normes standards en la matière.

Armel LANGANDA