Il s’agit d’une mort par empoisonnement, disent certains, par assassinats soutiennent les autres. Le décès du juge président en charge de l’affaire dite de 100 jours impliquant le Directeur de cabinet du Chef de l’État suscite des commentaires dans tous les sens. Pour mettre fin à toutes ces spéculations, plusieurs voies recommandent aux autorités congolaises de procéder par une autopsie du cadavre.

Dans un entretien à 24newsvisionagency, le docteur Florent médecin pratiquant à Londres, a expliqué la procédure médicale à suivre face à ce genre de mort et convie les autorités congolaises de chercher à savoir les causes de cette létalité.

« on ne peut pas dire que sa mort est une cause non naturelle, toute mort qui survient dans ce contexte est non naturelle, c’est le médecin légiste de définir les causes de cette mort, les autorités congolaises doivent savoir s’il est empoisonné ou pas. Ca peut être difficile parce qu’il y’a beaucoup de poisons qui sont difficiles à détecter, il faudrait que les autorités au niveau du pays ouvrent les yeux pour qu’ils comprennent la cause de cette mort» a-t-il expliqué

Il sied de rappeler que le Tribunal de Grande Instance de Kinshasa demande au médecin légiste de l’hôpital général de kinshasa d’examiner le corps du juge Raphaël Yanyi avant que celui-ci soit mis en terre.

Yvette Ditshima

By 24news

×

Powered by WhatsApp Chat

× Contactez-nous