Après l’instruction du procès sur le programme d’urgence de 100 jours du chef de l’état .le nom de Félix tshisekedi a été cité plusieurs fois par vital kamerhe comme détenteur du pouvoir par lequel un directeur de cabinet pose tout acte. Et cela va de soi que dans toutes les correspondances de la présidence il est préférable de toujours commencer par ” sur instruction du chef de l’état “.

De ce point de vue , quelques communicateurs de la coalition lamuka se sont jetés dans les médias pour exiger la responsabilité intellectuelle du président de la République .avaient ils reçu mandat de leurs leaders ? Visiblement non au regard d’un communiqué signé par le tandem bemba katumbi qui se désolidarisent de tout propos allant dans ce sens et charge leurs auteurs .
” De plus en plus il est confusément attribué à la coalition lamuka des propos qui exigeraient la comparution de Félix tshisekedi dans le procès de 100 jours ”

Ce démenti qui porte curieusement l’assentiment de deux leaders réputés proches de Félix tshisekedi vient confirmer la thèse du cloisonnement déjà prédit par les observateurs au sein de la coalition. Est ce par oubli que muzito et fayulu n’ont pas signé ce document visiblement non affirme un annlyste qui rappelle par ailleurs le caractère radical que revêt ce tandem dans ses différentes sorties médiatiques .

Faustin Kalenga

By 24news

×

Powered by WhatsApp Chat

× Contactez-nous