Trafigo copy
Sonas
Spécial Auto Garage
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow

Le conseil national de la société civile (CNSC) , invite la gouvernement de la république à ouvrir une enquête judiciaire sur l’exploitation “illégale et sauvage” des minerais par les sujets étrangers dans la province du Sud Kivu.

Dans une déclaration commune rendue publique mardi 7 septembre 2021, le conseil national de la société civile dit attendre du gouvernement des mesures urgentes appropriées pour mettre fin a ce qu’il qualifie d’anarchie.

«Le CNSC recommande aux gouvernement d’appliquer les dispositions pertinentes du code minier pour mettre fin à l’anarchie qui règne dans ce secteur», indique la déclaration signée par Joseph Nkinzo, Nzila Mito et Claude Ekosa.

Par ailleurs, le CNSC condamne toute tentative visant à faire porter par mauvaise foi le chapeau aux autorités de la République notamment au président du sénat Modeste Bahati Lukwebo.

« Au vu des documents constitutifs et des entreprises citées et dont les propriétaires sont mentionnés, Modeste Bahati Lukwebo n’est ni de loin ni de près impliqué dans cette exploitation honteuse des ressources naturelles de la RDC», a précise la déclaration.

Rappelons que dans une vidéo qui est devenue virale sur les réseaux sociaux montrant Albert Yuma au cours d’une conversation avec la ministre des Mines, dans la partie Est de la République, le Président de la fédération des entreprises du Congo (FEC), a révélé au monde entier, l’exploitation illicite des minerais de la RDC par des sujets chinois “soutenus par des autorités du pays ” qui, par ailleurs leur ont refusé l’accès aux sites d’exploitation en dépit de toutes les autorisations à leur disposition. Albert Yuma et son équipe ont affirmé être en direction du village de Kamituga où se trouvent lesdites mines

Faustin Kalenga