A l’issu de la première journée de l’ audience foraine retransmise sur la télévision nationale congolaise .le directeur de Cabinet du chef de l’État, Vital Kamerhe et ses coaccusés ont comparu peu avant le renvoie de la suite de l’affaire.

Après cette première audience l’association africaine pour la défense de droits de l’homme Asadho dit être scandalisé. Pour son président Me. Jean-Claude Katende, ” la réaction du directeur de cabinet du chef de l’état et ses deux coaccusés, se niant de ne pas se reconnaître, peut bouleverser la conscience du juge qui risque d’alourdir la peine au cas où ils seraient condamnés , lorsqu’on occupe des fonctions d’un certain niveau, en toute responsabilité on ne peut pas se permettre de signer ou confier a une personne qu’on ne connait pas une pareille charge…”,fustige-t-il

Poursuit-il ,”Et même si Vital Kamerhe décide de vouloir se blanchir en incriminant les autres proches du chef de l’état, Félix Antoine Tshisekedi ne sera jamais fragilisé face a son allié le front commun pour le Congo FCC, car au delà de sa ceinture pour l’administration de la présidence, il ya une forte mobilisation au sein de l’opinion publique qui ne laissera pas ceux que nous connaissons qui ont détruit ce pays, foulé au pied les efforts de l’alternance au sommet de l’état que nous avons recherchée depuis plusieurs années…” a dit à 24newsagency Me. Katende.

Dans cette affaire, les juges pourraient se prononcer aujourd’hui une possible remise en liberté provisoire du leader de l’UNC Vital Kamerhe et de Samy Jammal,

Pour lui, les congolais s’interroge si la politique ne va pas s’ingérer dans cette affaire considéré comme un test pour l’État de droit que le président Félix-Antoine Tshisekedi appelle de tous ses vœux.

PL

By 24news

×

Powered by WhatsApp Chat

× Contactez-nous