Affaire 100 jours, le procès a repris ce jeudi 11 juin à Makala en audience foraine.

Au cours de son plaidoyer, la partie civile continue à affirmer que il y a détournements des deniers publics. Le professeur Kaluba avocat de la partie civile a évoqué les détournements qui ont impliqué les membres de la famille de Vital Kamerhe d’où l’expression toile d’araignée .

” Vous vous rendrez compte votre honneur qu’au même moment ( avril 2019) le Saint Esprit a agi en faveur de la famille Kamerhe pour que tous achètent les immeubles à Kinshasa dans différents quartiers ” a ironisé l’avocat Kalib Dibwa.

Comment peut-on avoir trente milles dollars en décembre 2018 et du coup en avoir huit cent milles en avril 2019 s’interroge le même avocat qui fait allusion à la déclaration de l’épouse de Kamerhe lors de sa comparution jeudi 4 juin dernier .

Il s’agit d’un procès de détournement et non de vol qui exige la preuve matérielle du bien volé entre les mains du voleur .

Faustin Kalenga

By 24news

×

Powered by WhatsApp Chat

× Contactez-nous