Dans un document signé par le ministre de la santé le docteur Eteni Longondo daté du 23 avril, le ministre a rendu publique la grille de barème du personnel soignant engagé dans la lutte contre le covid-19 en République Démocratique du Congo. Dans ce document, le Coordonnateur de la riposte va toucher une prime mensuelle de 600 dollars américains, son adjoint va toucher 450 dollars,  même somme pour le président des commissions  alors que les membres des commissions vont toucher chacun 300 dollars.

Les prestataires de terrains  sont à 200 dollars alors que le prestataire chargé de recherche active et les infirmiers  toucheront chacun 120 dollars. Pour bon nombre d’observateurs, ce barème publié est loin de refléter le sérieux que doit caractériser la lutte contre la pandémie de Covid-19 dont la propagation prend de plus en plus d’ampleur.

‘’ si nous sommes réellement sérieux sur cette pandémie, je ne vois pas comment l’on peut accepter que les personnes qui sont au front contre cette maladie mortelle soient payées de cette façon. Ceci montre à quel point le ministre de la santé ne prend pas au sérieux la riposte.’’ Nous a déclare Wendo Dikes, sociologue.

Le décret du ministre s’ajoute à tant d’autres revendications autour de la riposte notamment les conditions de prise en charge des malades qui restent à désirer. Des témoignages recueillis  auprès de certains malades internés au cinquantenaire par exemple, font état des chambres sans moustiquaires, toilettes mal entretenues et une ration pas trop différente de celle qu’on sert aux prisonniers de la prison de Makala.

” Je n’arrive pas à manger leur nourriture. C’est mal préparée et je ne sais pas comment manger. Ils nous servent le zest, ce jus qui n’est que de l’eau mélangé au colorant. Je ne peux pas boire au risque de me créer davantage de complication dans mon organisme”.,  nous dit un malade de covid-19 interné depuis quelques jours au centenaire.

Rédaction

By 24news

×

Powered by WhatsApp Chat

× Contactez-nous