Au cours d’un point de presse tenu ce mercredi 23 novembre 2022 à Goma dans la province du Nord-Kivu, la coordination provinciale de la société civile force vive du Nord-Kivu exige à la communauté internationale de créer un tribunal spécial afin de juger tous les rebelles auteurs des crimes commis dans l’Est de la RDC sous couverts du Rwanda et de l’Ouganda.

 

Jonh Banyene, président de cette structure citoyenne, a rappelé que c’est depuis 1996 que les populations sont tuées innocemment sous la barbe de la communauté internationale. Il digère mal ce silence et y voit une complicité entre les rebelles et certains casques bleus de la Monusco.

 

“Nous demandons à la communauté internationale de créer un tribunal spécial sur l’Est de la RDC pour juger les auteurs des crimes commis de 1996 à nos jours. Ce silence complice est coupable de la part de la communauté internationale, pourtant présente sur place à travers la Monusco. Elle doit sanctionner le Rwanda et l’Ouganda pour l’agression de la RDC pendant plus 25 ans”.

 

Face à cette situation sécuritaire chaotique, la société civile exige à tous ces pays agresseurs le dialogue inclusif avec ses rebelles ( M23, Adf)

 

 

“Nous exigeons au Rwanda un dialogue inclusif avec les FDLR, l’Ouganda avec l’ADF Nalu, le Burundi avec le Red tabara, nous recommandons au chef de l’État congolais d’instruire au gouvernement de la république d’initier le projet de construction d’un mur d’aumoins 10 mettres de hauteur entre la RDC et le Rwanda, aux populations civiles de se mobiliser comme un seul homme, soutenir et accompagné les FARDC,” a-t-il conclu.

 

 

Daniel Muhindo

 

 

×

Powered by WhatsApp Chat

× Contactez-nous