Trafigo copy
Sonas
Spécial Auto Garage
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow

Devant la presse ce vendredi 7 janvier 2021 , Christopher Ngoyi a abordé sans gants l’actualité ayant dominé l’opinion publique depuis la tournée du chef de l’État dans l’espace Kasaï jusqu’au tollé général créé suite aux soupçons de détournements impliquant les collaborateurs du chef de l’État dans plusieurs chantiers ou projets à réaliser dans le grand Kasaï.

D’entrée de jeu, le président de la société civile du Congo, a rappelé que comme le président de la République, il a été observé avec son équipe, certaines réalités auxquelles font face les populations de l’espace Kasaï .

Selon Christopher Ngoyi, il y a beaucoup à faire dans différents domaines qui touchent à la vie sociale des populations du centre de la République, les us et coutumes liés à l’accueil d’un “digne fils ont été respectés”.

Cependant, les différents constats faits par le président de la République au sujet des chantiers inachevés qui ont par conséquent, donné lieu au tollé général dans l’opinion sur les soupçons de détournements, ont également attiré son attention.

«Nous devons saluer cette dénonciation interne qui a enfin vu jour dans notre pays, où les membres d’une même famille politique ou d’un même cabinet, peuvent se dénoncer sur une affaire ou un dossier touche à la vie publique», a fait remarqué Christopher .

Ce dernier reste convaincu que le chef de l’État, par son pouvoir discrétionnaire, “usera de son pouvoir pour diligenter des enquêtes afin que les responsabilités soient établies”.

S’agissant de l’incertitude qui règne selon plusieurs observateurs sur le deuxième mandat du chef de l’État à cause notamment de la méconduite de ses collaborateurs, Christopher Ngoyi tempère le jeu.

«Il sied de préciser qu’il n’y a aucun conseiller du chef de l’État qui, à ce jour, est inculpé par la justice. Cependant, la clameur ayant constaté quelques dysfonctionnements dans la coordination des projets, il y a lieu que la justice s’en saisisse sans état d’âme»a t-il recommandé.

Il ajoute que ces faits ne peuvent en aucun cas compromettre le deuxième mandat du chef de l’État d’autant plus que les réalisations à son actif et surtout sa proximité avec le peuple constituent un atout majeur pour sa réélection en 2023 même si la course est ouverte à tous.

Par ailleurs Christopher Ngoyi dit encourager les instances judiciaires compétentes à s’impliquer au moment voulu “sans influence des réseaux sociaux” pour “établir les responsabilités s’il y en a”, dans plusieurs dossiers qui touchent au cabinet du président de la République.

Faustin Kalenga