De la répression de la marche du 20 mai à l’interdiction du sit-in de ce jeudi 25 en passant par interdiction de fouler le territoire du Kongo-Central, le pouvoir en place est en train de faire de Moïse Katumbi une pièce maîtresse des enjeux politiques de l’heure.

Dans le cercle du pouvoir de Félix Tshisekedi, il n’y a t’il pas des collaborateurs du Chef qui prennent ce schema, non pas pour protéger le pouvoir, mais plutôt pour nuire au fils du Sphinx de Limete pour le couler devant l’opinion tant nationale qu’internationale?

Commençons par la marche du 20 mai qui n’a pas été un honneur pour les forces de sécurité, l’hôtel de ville qui l’a autorisée et le Chef de l’État qui est le garant de la nation , ” l’on pouvait bien éviter ce qui est arrivé en assurant un bon encadrement” pensent nombre d’observateurs.

Le non respect d’itinéraire recommandé par l’hôtel de ville , ne peut en aucun cas justifier les bavures enregistrées. Ce qui a été fait, n’honore en rien le combat de l’Udps menée sans violence depuis des années.

En ce qui concerne l’interdiction pour Katumbi de fouler le Kongo central pour tenir son meeting , c’est encore une énième faute du pouvoir qui donne encore de vigueur à Moïse Katumbi, candidat déclaré à la prochaine présidentielle de 2023.

Notons que, c’est dans ce contexte de bras de fer entre l’opposition en général et l’opposant Moïse Katumbi en particulier , le gouverneur de Kongo-Central a été convoqué d’urgence par le Vice premier ministre de l’intérieur et sécurité, Peter Kazadi. De cet entretien, l’opinion attend cette autorité prendre des décisions qui iront dans le sens de laver le régime qui , disons le a été très mal vu après la répression de la marche de l’opposition.

 

Bolangi

×

Powered by WhatsApp Chat

× Contactez-nous