Trafigo copy
Sonas
Spécial Auto Garage
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow

Après la non reprise des cours comme annoncé dans  un communiqué du bac syndical des enseignants , l’opinion se pose la question de savoir que sera en réalité cette année scolaire qui a déjà totalisé un mois sans reprise des cours pour la plupart des écoles publiques?

Les élèves du collège Boboto , se confiant à 24news agency ce mercredi 03 novembre , n’ont pas caché leurs inquiétudes pour cette année scolaire qui a déjà un calendrier coincé suite à la pandémie à la Covid-19.

” Nous ne savons pas ce que nous réserve cette année scolaire , Nous regrettons beaucoup à cause de cette grève qui vient une fois encore retarder les choses après le retard que nous avons connu suite à la pandémie à Covid-19 , nous lançons un appel au gouvernement pour accentuer les choses et se mettre d’accord avec les enseignants pour la reprise effective des cours , nous venons chaque jour ici et les enseignants n’entrent pas dans les salles de classe . Ici au collège , la seule occupation c’est jouer au football jusqu’à l’heure de la sortie “, a déclaré un élève de la 5eme des humanitaires scientifiques au collège Boboto.

Et à un autre d’ajouter ;

” Nous ne comprenons pas comment nous élèves de la 5eme des humanités aussi n’étudions pas et pourtant la gratuité de l’enseignement concerne l’enseignement de base ,pour quoi nous des humanités sommes nous aussi frappés par cette grève ? Nous demandons au gouvernement de prendre en compte les revendications des enseignants pour la reprise effective des enseignants pour ainsi nous éviter une année blanche qui sera pour nous synonyme de reprendre encore la même classe l’année scolaire prochaine ” , a t il ajouté.

Malgré les pourparlers qui ont lieu à Mbuela Loge au Kongo centrale entre le gouvernement et le bac syndicale des enseignants , Malgré aussi plusieurs communiqué annonçant la fin de la grève , la grève se poursuit toujours dans plusieurs écoles publiques et surtout catholiques.

Cette situation divisé même les parents. Certains soutiennent l’option de reprendre en charge les enseignants comme c’était le cas avant la gratuité alors que les autres s’y opposent.

 

Zephy Pengume