Trafigo copy
Sonas
Spécial Auto Garage
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow

Après l’alerte sur un cachot souterrain dans un camp militaire à Biakato, chef-lieu de la chefferie des Babila-Babombi, la nouvelle société civile congolaise (NSCC) vient d’adresser une lettre à l’administrateur militaire du territoire de Mambasa en province de l’Ituri, afin de mener des enquêtes sérieuses quant ce. Cette structure citoyenne souhaite voir une équipe d’enquêteurs décendre sur place.

La nouvelle société civile congolaise demande à l’administrateur du territoire qu’un magistrat militaire et des OPJ ainsi qu’un représentant du Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de l’homme soient dans l’équipe des enquêteurs afin de permettre que les victimes soient entendues sur procès verbal sans être exposées aux incriminés.

En fin, la nouvelle société civile congolaise sollicite à l’administrateur militaire la révèle des militaires FARDC du bataillon 21022 basé à Biakato qu’elle accuse de plusieurs cas de violations graves des droits humains.

Gires Kasongo